Libre pensée

23 février 2012

Par ce qu’ils m’ont toujours dit,
Par ce qu’ils m’ont souvent démontré,
J’ai repris leurs écrits,
Et suivi leur lignée.

Parce qu’ils ne m’ont jamais dit autrement,
Parce qu’aucun de leurs chemins n’étaient différents,
J’ai continué sur leur route,
Sans question ni déroute.

Parce que chaque jour ne m’a jamais inspiré,
Je n’ai que repris leurs idées.
Parce que chacune de leurs doctrines étaient bien pensées,
Je les ai suivi, sans résister.

S’ils m’avaient laissé la liberté de penser,
J’aurais pu proposer,
S’ils m’avaient donné l’ouverture d’esprit,
Alors j’aurais construit.

Ce n’était pas dans leur intérêt.

Alors je les ai suivis,
Alors je n’aie qu’entrepris,
Ce qu’ils souhaitaient que je sois,
Ce qu’ils souhaitaient que je fasse.

J’aurais pu être un de plus,
J’aurais pu être un autre,
Mais je n’étais qu’un parmi d’autres,
Un homme suivant le cursus.

Ils m’ont supprimé les armes,
Celles de la libre pensée,
Les armes du vacarme,
Lorsque sont bafouées nos libertés.

Ils m’ont utilisé à leur escient,
Et je n’ai jamais résisté.

Aujourd’hui je suis toujours leur mouvement,
Oui, jamais personne ne m’a dit qu’il pouvait être autrement.

Choix

21 mars 2010

J’ai fait ce choix.Choix

Il y a des choses à faire en temps,
Il y a des temps pour faire les choses.

Il y a des jours ou l’on reprend,
Il y a des jours ou l’on se pose.

Il y a ces jours ou le présent,
Nous pousse à regarder demain ;
A changer nos habitudes de temps,
A vivre quelque chose, de différent.

Il y a ces jours ou l’on rencontre,
Il y a ces jours ou l’on démontre,
Qu’il y à aussi d’autres choses à vivre,
Et qu’il faut prendre au loin, la rive.

Il y a de nouveaux départs,
Comme une nouvelle vie,
De nouveaux projets qui s’emparent,
De nos nouvelles envies.

Il y a le cœur, qui nous pousse à choisir,
Il y a l’instinct, la pulsion,
Il y a le choix, la réflexion,
Tout est question, de parcourir.

Il faut parfois se laisser porter par la vie,
S’envoler vers de nouvelles contrées,
Pour découvrir, d’autres récits,
Tourner la page, suivre la folie.

Aujourd’hui,
J’ai fais ce choix,
Peut-être ne comprendrez-vous pas.

La vie et son histoire

30 décembre 2009

Apprendre et rire,arc
Ecrire et comprendre,
Prendre le temps de dire,
Ce qui guide de nos pas.

Echanger chaque pensée,
Retenir chaque mot,
Retrouver nos oublis,
Exprimer chaque avis.
Distribuer nos écris,
Mediter chaque envie.

Envie de savoir,
Apprendre et comprendre,
J’ai envie de reprendre,
La vie et son histoire.

Les chemins de l’amour

30 décembre 2009

Le bruit d’une flamme,
Le bruit d’une larme,
Le bruit d’une dame.

Le sourire de l’amour,
S’est introduit dans mon cœur,
La souffrance de toujours,
A transpercer mon cœur.

La pensée d’un jour,
Le sentiment d’un autre,
De jolies pages m’entourent,
Ce livre maintenant est notre.

Les autres ne comprennent pas.
Nous sommes dans notre monde,
Nous suivons chacun nos pas,
Profitons des secondes.

Seulement un jour,
Nos pensées on rencontrés,
De nouveaux écrits,
Qui se sont racontés,
De nouveaux récits,
Qui nous ont fait rêver,
Et est reparti une histoire,
De par notre naïveté.

Un nouveau cœur meurtrit,
Qui garde en sa mémoire,
La perte d’une vie,
Qu’il voyait s’émouvoir,
Cherche une nouvelle histoire,
Pour reprendre une vie.

Des chemins qui se croisent,
Des hommes qui se toisent.
Des vies qui en déroutent,
Des espoirs qui prennent routes.

Apparences

7 novembre 2009

Juste pour des apparences.
On ne vit que, pour ces apparences.apparence
Ce monde ne vit que, pour ces apparences.

Entre réel et illusion,
Cette vie  n’est qu’apparence.
De simples perceptions,
Pour une simple chance.
Apparence d’instant,
Apparence pour toujours,
D’instant qui ne compte les jours,
Ou de toujours d’un temps.

Apparence diverse,
Perçues, différemment ;
Apparence reçues,
Quelque soit son vent.

Apparence identique,
Perçues de la même manière,
Apparences qui s’appliquent,
A chacun de nos frères.

Qui que ce soit,
Quelque soit le moment,
Môme en pleine éducation,
Ou bien même vieux savant.

Apparence trompeuse,
Apparence amoureuse ;
Apparence réelle,
Apparence bien plus belle ;

L’apparence est nous,
Au lieu de n’être qu’ailleurs.

Besoin de rêve

2 juin 2008

Enfance
Ce sont de belles nuits,
Mais si brèves ;
Ce sont des trêves,
Ce sont des vies,
Ce sont des rêves.

Trop courtes et bien trop illusoires,
Mais si jolies tant elles sont remplies d’histoires.

Des histoires.
Oui des contes de fée,
Lorsqu’on a besoin de tendresse ;
Des romans policiers,
Lorsque des énigmes se tressent ;
Des essais philosophiques,
Lorsque notre petite tête médite ;
Ou bien même de jolis poèmes,
Lorsque notre âme devient poète.

Une idée ou deux,
Pour guider nos histoires trop brèves ;
Les rêves ne sont jamais trop de deux,
Lorsque le premier s’achève.

Un rêve.
Un temps de discussion,
Un temps d’action,
Un temps d’amour,
Ou même un temps qui court ;

Courons jusqu’à nos rêves,
Si nous ne voulons pas que notre vie s’achève ;

Besoin d’envie,
Besoin d’espoir,
Besoin de rêve.

Nostalgie d’Enfance

2 juin 2008

De cette enfance,dj7nc9w3sn5.jpg
Que l’on a quitté trop tôt,
Maintenant revient l’essence,
L’envie d’être la danse,
Guidant nos seuls mots.
Enfance,
Je suis parti trop tôt.

Redevenir enfant,
Reprendre le temps perdu,
A chercher à être grand,
Pour profiter d’être lu.

L’unique enfant qui court,
Danse et reprend ses jouets,
L’enfant qui ne sait,
Et qui n’est qu’à son tour,
Un seul bout d’amour.

Cet enfant est ma vie,
Vit encore dans mon cœur,
Son âme n’est pas perdue,
Elle recherche son heure.

Je voudrais reprendre le chemin,
Pouvoir cheminer sans fin,
Sans savoir qui et où,
Sans savoir quoi et pour,
Vivre, émerveillé,
Dans ce monde parfait.

Je n’ai voulu que voir,
Le lendemain du soir,
Je voudrais juste revoir,
Cette vie tant je l’envie.

La tendresse de l’enfance,
N’est qu’une simple essence,
Le sens qui relance,L’envie de nos 5 sens.

Je ne rêve que d’être enfant,
Revoir ce monde et ces étoiles,
Je ne voudrais être qu’enfant,
Pour oublier les failles,
Que l’homme laisse paraître,
Oublier tout ces drames,
Redevenir le maitre,
De mon monde et mes lettres.

Coeur de corps

8 mars 2008

J’ai perdu l’envie depuis ce jour,
Où mon cœur est devenu malade,
Seul sans sa moitié, il se balade,
Dans l’antre du royaume des d’amour.

Il n’a plus d’envie.
Il souffre.
Il s’imagine et se rappel,
Toutes ces choses qui lui font mal,
Ces moments passés à n’être qu’à elle,
Ces temps ou leur amour était égal.

Comment peut revenir l’envie, perdue,
Par un chagrin d’amour, déchu ?
Je n’ais même plus le cœur aux lettres,
Seul mon esprit laisse paraitre,
Des sourires qui cachent ma blessure dans mon être.

Seul,
Je ne suis plus un cœur de corps,
Je ne suis plus qu’un corps sans cœur.

Visitons le ciel

27 février 2008

Visitons le ciel si la terre est malade ;Visitons le ciel n701923627_600541_225
Quittons ces nuits froides,
Oublions ces vies fades,
Pour rejoindre le soleil,
Brillant toute nuit tout jour ;
Pour retrouver à notre éveil,
Une lumière pour toujours.

Sur l’autre rive

27 février 2008

Aux alentours,
De son cœur il parcourt,
Toutes les graines qui germent,
Toutes celles qui se ferment.

Derrière de longues pensées,
Il médite et se penche,
Pour pouvoir élever,
Son âme qui ne flanche.

Il reste sans bouger
Calme et serin,
Pour se reposer,
Reprendre un nouveau chemin.

Une vie que l’on ignore,
Une vie que l’on perçoit ;
Au fond de nos rêves,
Au fond de notre foi.

Ici est comme ailleurs ;
La mort n’est qu’un départ,Sur l'autre rive etoiles222mrrh1
Une nouvelle lueur,
Qui brille du haut du phare ;
Ou le navire prend mer,
Vers de nouveaux horizons ;
Aux ris et aux pardons ;
Il reprend un chemin,
Et chemine sans fin.

La mort a ses raisons,
Que notre vie ignore,
Mais vie dans le pardon,
La foi et l’espérance,
L’attente et la pensée,
Le recueil et le sens.

Telle une fleur,
Il aimerait que nous germions ;
Encore et à chaque heure,
Pour offrir notre part de bonheur,
Donner à chaque instant une raison ;
Puis laisser place aux heures,
Sans fin et sans raisons,
Pour de nouvelles fleurs,
Qui suivront notre nom.

Derrière vos cœurs émincés,
Par la perte d’un proche,
Il n’oubliera pas vos pensées,
Et voudrait vous répondre,
Qu’il faut maintenant reprendre,
Relancer sans attendre,
Votre vie et votre chemin,
Comme il reprend son navire,
Vers un nouveau destin.

1234